« Le bien, pour un livre, est d’être lu »

Le roman policier a engendré de nombreux sous-genres littéraires tel que le roman à énigme (Agatha Christie, Arthur Conan Doyle), le thrilller (Maxime Chattam), le roman noir (James Ellroy) mais aussi le policier historique. L’un des auteurs emblématiques du genre est Umberto Eco avec Le nom de la rose 

Résumé de l’éditeur : « En l’an de grâce et de disgrâce 1327, rien ne va plus dans la chrétienté. Des bandes d’hérétiques sillonnent les royaumes. Lorsque Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, arrive dans le havre de sérénité et de neutralité qu’est l’abbaye située entre la Provence et la Liturie -que tout l’Occident admire pour le science de ses moines et la richesse de sa bibliothèque- , il est aussitôt mis à contribution par l’abbé. La veille, un moine s’est jeté du haut des murailles. C’est le premier des assassinats qui seront scandés par les heures canoniales de la vie monastique. Crimes, strupe, vice, hérésie, tout va advenir en l’espace de sept jours. »

L’avis de la P’tite Poucette : 

La toute première chose qui m’a frappée au début de ma lecture, c’est la complexité de l’univers et de l’oeuvre. On sent de suite que l’auteur sait de quoi il parle et nous plonge sans difficulté dans les méandres du Moyen-Age.

Le récit est rythmé par les heures liturgiques. Cela donne au roman une cadence très lente qui permet de mettre en place tout le contexte historique et de bien placer le contexte spatial. La connaissance de l’auteur de l’époque m’a vraiment impressionnée. Tout est décris avec exactitude : la façon dont est organisé l’abbaye, les diverses intrigues de pouvoir de l’époque et l’histoire des différents ordres religieux. Je reproche parfois aux auteurs d’être approximatif dans leur description de l’époque, mais ici, l’excellence et la rigueur sont au rendez-vous !

Umberto Eco nous propose aussi toute une galerie de personnages qui représente chacun à leur manière un vice de leur époque. En effet, cette abbaye est une mise en abîme d’une période troublée et  dégénérée. L’intrigue policière est seulement un prétexte au développement d’une réflexion humaniste à propos du rire, du livre, du savoir. L’auteur exprime des idées très intéressantes d’une manière approfondis, ce que l’on trouve rarement dans ce type de livre.

Les deux seuls bémols à ce superbe livre : les citations latines et les digressions de l’auteur dans ses descriptions. Les protagonistes étant des moines, et qu’au 14ème siècle, les ecclésiastiques utilisaient la plupart du temps le latin pour communiquer entre eux et Umberto Eco a voulus l’intégrer dans son roman en traduisant des phrases entières en latin. Cela aurait pu être une très bonne idée mais nous ne parlons pas tous parfaitement latin et aucune de ces phrases de sont traduites. Cela ne m’a pas empêchée de comprendre l’histoire mais cela enlève de la fluidité à la lecture. Un autre point noir dans l’écriture, ce sont les descriptions à rallonge qui ralentissent la lecture sans vraiment apporter de plus à l’univers et embrouille même quelques fois le lecteur. Pourtant, malgré ces quelques désagréments, j’ai été emporté par l’histoire et j’en suis ressortie le souffle coupé et l’âme frissonnante !

« Jusqu’alors j’avais pensé que chaque livre parlait des choses, humaines ou divines, qui se trouvent hors des livres. Or je m’apercevais que qu’il n’est pas rare que les livres parlent de livres, autrement dit, qu’ils parlent entre eux. À la lumière de cette réflexion, la bibliothèque m’apparut encore plus inquiétante. Elle était donc le lieu d’un long et séculaire murmure, d’un dialogue imperceptible entre parchemin et parchemin, une chose vivante, un réceptacle de puissances qu’un esprit humain ne pouvait dominer, trésor de secrets émanés de tant d’esprits, et survivant après la mort de ceux qui les avaient produits, ou s’en étaient faits les messagers. »

 

Auteur : Umberto Eco
Edition : Le livre de poche
Année d’édition : 2013
Nombres de pages : 763
Prix du livre : 7,10 €

Retrouvez-moi sur mon nouveau blog : Isabeau de Bellevue

Publicités

6 réflexions sur “« Le bien, pour un livre, est d’être lu »

Faire une petite bulle

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s