~Le cycle de l’Héritage~ de Christopher Paolini.

 

Résumé :

« Un garçon…

Un dragon…

Une épopée…

 Depuis des décennies, le mal règne dans l’Empire d’Alagaësia. Or, un jour, Eragon, un jeune fermier, découvre au cœur de la forêt une pierre magnifique. Elle est si bleue, si lisse ! Fasciné, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit avec son oncle et son cousin. Comment pourrait-il deviner qu’il s’agit d’un œuf de dragon porteur d’un héritage ancestral, aussi vieux que l’Empire lui même, va éclore… ? Dès lors, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s’engage dans un quête qui le mènera au confins de l’Alagaësia. Guidé par les conseils de Brom, un vieux conteur, le garçon devra affronter, avec son dragon bleu, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite.

Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains. »

Mon avis : Cela fait un très long moment que j’ai lu pour la première fois le premier tome de cette saga (quatre ans exactement) mais je n’ai jamais cessé d’arpenter les terres d’Alagaësia (à cause surtout que le dernier tome n’est sorti qu’il y a un an ^^). Contrairement à beaucoup de fan d’Eragon, je bénis l’adaptation cinématographique car elle m’a permit de connaître cette fabuleuse saga.

La saga est donc composée de quatre tomes :

Eragon (tome 1)

L’Aîné (tome 2)

Brisingr (tome 3)

Héritage ou La crypte des âmes (tome 4)

Le premier chapitre commence à Carvahall, un petit village blottie au fond d’une vallée où vie Eragon, un jeune orphelin élevé par sa tante et son oncle. Alors qu’il chassait sur la Crête, une chaine de montagne mystérieuse, le jeune homme découvre une pierre bleue qui se révélera être un œuf de dragon. Il se liera avec sa dragonne nommée Saphira et devra affronter avec elle bien des épreuves pour accomplir sa vengeance et rejoindre les Vardens.

Le récit est raconté uniquement du point de vue d’Eragon lors du premier tome puis alterne dans les autres livres avec les points de vue d’autres protagonistes comme celui de son dragon ou de son cousin mais le récit reste toujours du point de vue du camp des « gentils » sauf pour le prologue.

Un des points forts de la saga, c’est que l’on s’identifie tout de suite aux personnages et plus particulièrement à Eragon qui a tout de l’adolescent dit « normal » : il se pose les mêmes questions que nous, malgré la différence de nos deux mondes.

Autre point fort : la complexité des personnages. Contrairement à beaucoup de livres (Twilight pour ne citer qu’eux), les personnages ont des qualités ET des défauts. Ainsi, leurs caractère évolue et rend le récit plus complexe et attrayant.

Petit bémol par contre pour le rythme du récit, bien que commençant très vite dans le premier tome, il tarde à démarrer par la suite, ce qui pourrait en décourager certain. A part cela, l’action est bien présente et les péripéties se complexifient et se diversifient tout au long des livres, montrant ainsi le changement de maturité de l’auteur (qui à 15 ans lorsqu’il commence à écrire la saga). Les lieux où se déroule l’histoire sont aussi très variés, permettant de découvrir l’univers qui est assez fourni mais sans nous submerger d’information.

Bien sûr, les fans du Seigneur des Anneaux ou de la Ballade de Pern pourront penser que Paolini a plagié mais ayant lue les deux sagas (en partie tout du moins), je pense qu’il s’est simplement inspiré de ces deux monuments de la littérature fantasy en y prenant le meilleur et en le remaniant à sa façon pour en faire quelque chose de différent. Personnellement, je préfère nettement sa vision des dragons et des dragonniers, bien plus naturelle et moderne que celle d’Anne McCaffrey ^^.

Parlons maintenant de la fin. Si les trois premiers tomes l’histoire reste relativement simple, Héritage nous garde des petites surprises, voir des grosses concernant la toute fin, qui, je trouve, est magistrale. C’est une fin (très) ouverte, ce qui laisse à penser qui pourrait avoir une suite, certes pas centré sur Eragon mais plutôt sur l’évolution de la Caste des Dragonniers.

En conclusion : je conseillerais cette saga à des lecteurs préadolescent car cela reste très simple à lire mais, bien sûr, peut convenir à un lectorat plus âgé, qui n’a pas envie de casser la tête avec des intrigues à la George R.R.Martin.

Mon avis : ce livre m’a véritablement marqué, peut-être pas par le style d’écriture, ni par le scénario, mais j’étais alors âgée de dix ans et c’était mon tout premier livre de fantasy et surtout que j’ai attendue très longtemps pour connaitre la fin, ce qui fait que j’ai fait mes premiers pas dans l’adolescence, âge qui, je le répète, est un âge où nous avons besoin de repaire. Quand maintenant je relis Eragon, j’ai l’impression de retrouver de vieux amis que je n’aurais pas vu depuis longtemps. C’est réconfortant. Lorsque je pars pour un long voyage sans mes parents, je prends toujours l’un des livres de la sage : c’est comme si j’avais part de mon chez moi !

« – Les sables du temps, nul ne peut les arrêter. Les grains s’écoulent, les années passent, que nous le voulions ou non… et pourtant, les souvenirs restent. Ce que nous avons perdu se perpétue dans nos mémoires. Ce que vous allez entendre est imparfait et incomplet. Néanmoins, écoutez cette histoire, chérissez-la, car, sans vous, elle ne serait pas. Je vais exhumer pour vous ce trésor longtemps égaré, oublié, caché dans les brumes mystérieuses du passé… »
Publicités

Faire une petite bulle

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s