~Max~ de Sarah Cohen-Scali.

Titre : Max.

Auteur : Sarah Cohen-Scali.

Quatrième de couverture :

« 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serais ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans Loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrais au lieu d’aimer. Heil Hitler ! »

Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.

Mon avis :

Cela faisait un petit moment que je croisais Max lors de mes errements livresques sur Internet et j’en avais toujours lu beaucoup de bien. Alors, lorsque que l’occasion de le lire c’est présentée, je n’ai pas hésité.

Je ne vais pas dire que j’ai été déçus mais ce n’étais pas à quoi je m’attendais. Je pensais trouver beaucoup d’émotions comme dans tous les livres traitant de la Seconde Guerre Mondiale mais là… c’était tout autre chose. Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer. C’est rude, brut, sans détour. Une écriture incroyablement forte. Je suis sortis de cette lecture bouleversée d’une tout autre manière. Indescriptible.

Oui, le point fort de Sarah Cohen-Scali, c’est son écriture et sa façon de narrer l’histoire. Elle nous plonge de suite dans le vif du sujet en la racontant à la première personne du singulier alors que le narrateur est encore dans le ventre de sa mère. Cela m’a particulièrement frappé.

Je pense que cet ouvrage ressort parmi la multitude d’ouvrage sur nazisme pour la jeunesse part son thème, le programme Lebensborn, très méconnus. J’ai appris d’innombrables choses. Et je ne regarderais plus jamais la Seconde Guerre Mondiale de la même manière.

« Je n’avais pas compris pourquoi Lukas avait pleuré en écoutant mon histoire. Je n’avais pas non plus compris la signification du mot « témoigner ». Maintenant si. »

Chapitre 38, p.469.

Retrouvez-moi sur mon nouveau blog : Isabeau de Bellevue

Publicités

4 réflexions sur “~Max~ de Sarah Cohen-Scali.

Faire une petite bulle

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s