Frontière.

Frontière

Le monde tourne

Les gens s’ébrouent

 Les cris virevoltent

Mais je les entends pas

 Tant de mouvements et de couleurs

Et pourtant, cela ne me concerne pas

 Une frontière me sépare d’eux

J’ai beau les aimer, leurs mots et leurs gestes sont des poignards

Dont les lames fatales

S’enfoncent dans mon âme

Des larmes sur mes joues

Personne ne s’en aperçois

Je les cache et j’en ai honte

Et pourtant, je voudrais tant que quelqu’un les remarques

Et que l’on s’occupe de moi

Pour eux je suis invisible. En temps normal, cela ne me dérange pas mais parfois j’aimerais avoir une véritable place. J’ai beau avoir des amies géniales, cela ne me suffit plus.

Il est juste a côté de moi, tout proche. Je le dévore des yeux, je bois chacune de ses paroles et que je l’aperçois, mon cœur s’enflamme.

Tout s’entrechoque. Ses plaisanteries m’énervent. Les remarques des profs, les rires de mes amies.

J’ai envie de crier au monde entier MERDE !

J’ai encore le trace de mes larmes sur mes joues et ils ne remarquent rien.

-Donne moi ton carnet !

BIEN FAIT !

Maintenant, envie de sombrer dans l’oublie.

Mes émotions se calmes. Une grande lassitude s’empare de moi.

Publicités

Faire une petite bulle

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s